5 CONSEILS POUR DES CHEVEUX EN PLEINE SANTÉ !

J’entends souvent que les cheveux arrêtent de pousser à une certaine longueur et avant, j’aurais pu le penser aussi. Mes cheveux se cassaient, ils fourchaient, mes pointes étaient sèches et dédoublées. Toutefois, quand je suis passée au naturel, j’ai compris que tout le monde peut avoir les cheveux aussi longs qu’il le souhaite. Alors évidemment, selon les goûts, les envies ne seront pas les mêmes. Le plus important n’est pas la longueur de vos cheveux mais bien leur vitalité. Dans cet article, je vous livre cinq conseils simples pour avoir des cheveux en bonne santé !

Conseils pour avoir des cheveux en pleine santé

1. ARRÊTER OU DIMINUER LES SOURCES DE CHALEUR

Il y a quelques années, je lissais mes cheveux quasi-quotidiennement. Bien qu’ils soient déjà raides après un passage au sèche-cheveux, je ne m’en contentais pas et j’appliquais constamment de la chaleur sur mes longueurs. Après ça, je pouvais faire autant de soins que je le voulais, elles restaient cassantes.

Un jour, lassée de cette routine, j’ai décidé de ne plus utiliser le fer à lisser. Au bout de quelques semaines, j’ai commencé à voir la différence à la repousse. Mes pointes étaient encore sèches mais mes longueurs ne se cassaient plus comme avant !

2. PASSER AU NATUREL ET BANNIR LES SUBSTANCES NOCIVES

En changeant de mode d’alimentation, j’ai aussi revu ma routine de soins et j’ai décidé de n’utiliser que des produits avec une composition saine. C’est là que j’ai réalisé à quel point les cosmétiques conventionnels contiennent des ingrédients toxiques pour l’organisme. En voici quelques-uns, présents dans beaucoup de shampooings et à éviter absolument :

    • Les siloxanes ou silicones : Utilisés pour démêler les cheveux facilement et leur donner une texture soyeuse, les silicones, véritables agents « plastiques » occlusifs, étouffent et fragilisent la fibre capillaire. Sur le long terme, ils provoquent de véritables dégâts, à savoir des cheveux secs, ternes et graissant plus rapidement. Ils sont également considérés comme perturbateurs endocriniens. Leur impact sur l’environnement est considérable, certaines de leurs molécules étant toxiques. Ayant un potentiel de bioaccumulation dans les organismes aquatiques, leurs effets sont perceptibles longtemps après leur libération dans la nature. Ils sont reconnaissables à leurs terminaisons en « icone », « iconol » ou « siloxane ».
    • Les sulfates : Il s’agit de tensioactifs, c’est-à-dire d’agents moussants. La plupart s’avèrent irritants et encore une fois très polluants. Certains, présents dans les shampooings, le sont également dans le liquide vaisselle ou les détergents. S’ils favorisent une sensation de douceur, ils sont au contraire très agressifs pour le cuir chevelu et accélèrent le retour du sébum. On évite donc tout ce qui contient « sulfate » comme Sodium Lauryl Sulfate ou Ammonium Lauryl Sulfate.
    • Les ammoniums quaternaires : En tant qu’agents antimicrobiens, ils ont un fort pouvoir d’irritabilité et inhibent les fonctions oestrogéniques dans les cellules humaines. Leur noms INCI se terminent par « monium », « chloride », « bromide » ou « quaternium » suivi d’un chiffre.
    • Les éthers de glycol : Proches des sulfates, ces gélifiants sont utilisés pour obtenir une texture spécifique. Perturbateurs endocriniens avérés, ils ont un impact sur la santé, l’environnement et abîment le cuir chevelu en profondeur. On retrouve notamment ces substances dans les solvants destinés aux encres d’imprimantes, dans la fabrication de peintures et de vernis ou encore dans les laxatifs… Le polyéthylène glycol (PEG) contient par ailleurs un cancérigène connu, le 1,4-dioxane. Sur les étiquettes, ils sont représentés par un PEG suivi d’un chiffre, ainsi que par les mots terminés par « eth ».
    • Les parabènes : Ces conservateurs, issus de la pétrochimie, ont la faculté de pénétrer dans l’organisme et sont très allergisants. Ils restent également suspectés de favoriser le développement de certains cancers, d’accélérer le vieillissement cellulaire, d’agir comme perturbateurs endocriniens et de causer des troubles de la fertilité. Cela concerne toutes les appellations composées du mot « paraben » ou « parabène » comme Benzylparaben, Calcium Paraben ou Isopropylparaben, Ethylparaben
    • L’alcool isopropylique : Il existe deux types d’alcools : hydratants et desséchants. Ce solvant, dérivé du pétrole, assèche les cheveux et les rend cassants. Il s’agit de l’Ethyl alcohol, également appelé Ethanol, Alcohol Denat ou SD Alcohol et de l’Isopropyl alcohol, aussi connu sous le nom d’Isopropanol.

Pour vous aider sur l’analyse de la composition de vos produits, des applications comme INCI Beauty ou Clean Beauty pourront vous permettre de vous familiariser avec tous ces termes. Si vous décidez d’opter pour le naturel et d’arrêter le silicone et autres substances destinées à « vernir » vos cheveux, vous aurez peut-être l’impression qu’ils sont secs, moins brillants et vous aurez envie de revenir aux shampooings conventionnels. Mais pas de panique, ce temps d’adaptation est nécessaire pour retrouver des cheveux en pleine santé et il ne durera pas !

Astuces pour avoir des cheveux forts et brillants
Soins naturels pour les cheveux

3. TRESSER SES CHEVEUX AVANT DE DORMIR

Tresser vos cheveux avant de dormir, ou utiliser un kardoune, vous permettra dans un premier temps de les discipliner et d’éviter au maximum les appareils chauffants. C’est également un moyen de limiter la casse des cheveux susceptibles de se coincer ou de s’emmêler durant la nuit. Si vous les lavez le soir, n’hésitez pas à laisser un maximum vos cheveux sécher dans une serviette, ou à l’air libre, avant de venir les attacher. Depuis que j’applique quotidiennement cette astuce, j’ai récupéré une masse égale de chaque côté et, avantage non négligeable, je n’ai pas à me préoccuper de mes cheveux le lendemain, grâce à cette technique ils sont déjà coiffés ! Dans cette même idée, il existe des taies d’oreiller en satin ou en soie, mais je ne les ai jamais testées. 

Résultats après avoir tressé ses cheveux le soir pour ne pas les abîmer

4. UTILISER DES ACCESSOIRES CHEVEUX « ADAPTÉS »

Privilégiez les élastiques en tissus, appelés aussi « chouchous » ou « scrunchies », que l’on trouve facilement dans le commerce ou que vous pouvez réaliser vous-même à l’aide de tutoriels disponibles sur Internet. Ils favoriseront une meilleure glisse lorsque vous les enlèverez et minimiseront les nœuds. Les élastiques basiques conviennent, mais préférez-les sans la barre métallique, qui vous arrachera des mèches à coup sûr !

De même pour la brosse à cheveux, essayez de la choisir la moins agressive possible, avec des poils ou picots souples. 

4. FAIRE DES SOINS LORSQUE L'ON EN RESSENT LE BESOIN OU L'ENVIE

Les soins sont un plus à votre routine, pour les optimiser je vous conseille de tester en parallèle les quatre premiers conseils, accompagnés d’une alimentation riche en nutriments, qui vous apportera les bienfaits nécessaires à la vitalité de votre organisme. Avec le temps, j’ai constaté que la philosophie « less is more » s’appliquait parfaitement aux soins capillaires ! Certains ingrédients bruts, comme l’aloe vera dont je vous ai parlé dans un précédent article, se révèlent être magiques pour prendre soin de ses cheveux :

Les huiles végétales :

  • L’huile de coco : Riche en vitamine E, K, ainsi qu’en fer, cette huile est extrêmement nourrissante et répare les cheveux en agissant sur les écailles capillaires. Je vous conseille d’en déposer généreusement sur les longueurs et de la laisser poser quelques heures avant de rincer. Personnellement j’évite de remonter sur le cuir chevelu, elle a tendance à me rendre les cheveux gras, même après rinçage. Si vous avez les cheveux secs, vous pouvez en appliquer une noisette en tant que baume, pour les discipliner et leur donner de la souplesse.
  • L’huile d’argan : Si vous n’avez pas d’huile de coco à la maison, l’huile d’argan possède aussi des propriétés nourrissantes et, appliquée comme un masque, procurera de la brillance à vos cheveux. Riche en vitamine E et en antioxydants, elle est également recommandée si vous êtes sujet.te aux pellicules, cette fois-ci à masser sur le cuir chevelu.
  • L’huile de ricin : Nourrissante, protectrice et régénératrice, cette huile fait des merveilles en ce qui concerne la pousse des cheveux, mais également des sourcils et des ongles, notamment grâce à la vitamine E et à l’acide ricinoléique qu’elle contient. Vous pouvez l’appliquer au niveau des racines ou sur les longueurs. Deux shampooings sont souvent nécessaires pour l’enlever complètement, sa texture collante peut s’avérer difficile à rincer.
  • L’huile d’avocat : Cette huile, riche en agents hydratants, en protéines et en vitamines, nourrit et hydrate le cheveu en profondeur. Elle favorise la production de collagène et aide la fibre capillaire à se fortifier. Vous pouvez l’utiliser seule, en baume ou en masque. Pour ma part, lorsque je m’en sers, j’aime bien la mélanger à un peu d’aloe vera et quelques gouttes d’ylang-ylang.
  • L’huile de pépins de raisin : Adoucissante, cette huile permet une hydratation en profondeur du cheveu et favorise sa repousse grâce à son action revitalisante. Étant une huile sèche, elle a l’avantage d’assouplir les cheveux sans les rendre gras ou poisseux.

Les huiles essentielles, à diluer pour ne pas agresser le cuir chevelu :

  • Pour réguler le sébum : l’HE de tea tree (arbre à thé), l’HE de sauge sclarée, l’HE de bergamote, l’HE de cèdre de l’Atlas, l’HE de citron, l’HE de laurier noble, l’HE de pamplemousse, l’HE de bois de hô, l’HE de lavande vraie, l’HE de romarin à verbénone…
  • Pour lutter contre les pellicules et les cuirs chevelus irrités : l’HE de tea tree (arbre à thé), l’HE de laurier noble, l’HE de palmarosa, l’HE de cèdre de l’Atlas, l’HE de géranium rosat, l’HE de petit grain bigarade, l’HE de patchouli, l’HE de lavande vraie…
  • Pour éviter la chute des cheveux : l’HE de Bay Saint Thomas, l’HE de sauge sclarée, l’HE de pamplemousse, l’HE de romarin à cinéole, l’HE d’ylang-ylang…
  • Pour stimuler la pousse des cheveux : l’HE de Bay Saint Thomas, l’HE de menthe poivrée, l’HE de cèdre de l’Atlas, l’HE de citron, l’HE de gingembre, l’HE de romarin à cinéole…
  • Pour raviver la brillance des cheveux ternes : l’HE d’ylang-ylang, l’HE de romarin à cinéole, l’HE de lemongrass ou citronnelle, l’HE de bois de rose…

Cette liste n’est pas exhaustive mais elle présente les huiles que je considère les plus efficaces, capillairement parlant, et qui sont facilement trouvables dans le commerce.

Vous pouvez utiliser ces huiles en dilution dans une huile végétale et masser votre cuir chevelu et/ou vos longueurs, mais également en ajouter quelques gouttes à votre shampooing ou masque capillaire, selon vos besoins.

À savoir que chaque huile essentielle dispose de multiples propriétés et peut donc traiter plusieurs problématiques. Mélangées entre elles, leurs effets peuvent être décuplés. Cependant, je vous invite à bien vous renseigner avant d’en faire l’expérience, notamment en ce qui concerne leurs éventuelles contre-indications.

Enfin, il arrive que l’on me demande si je me coupe régulièrement les cheveux. Je n’ai pas de fréquence particulière à vous recommander, cela dépendra de la santé de vos pointes et de vos goûts en matière de coupe. De mon côté, je n’aime pas lorsqu’ils dépassent une certaine longueur, ce qui m’amène à les épointer environ tous les deux mois.

Dans un prochain article, nous aborderons de manière plus détaillée l’ensemble des substances chimiques que l’on retrouve dans les cosmétiques conventionnels. En attendant, n’hésitez pas à me dire en commentaires quelles sont vos astuces pour prendre soin de vos cheveux, j’ai hâte de les connaître !

À très vite,

Laisser un commentaire

Fermer le menu