8 CLÉS POUR UNE ANNÉE AU TOP !

Vous cherchez à gagner de l’énergie ou à retrouver celle que vous avez perdue ? Vous vous sentez souvent à bout de forces, ou simplement limité.e dans vos actions car votre corps ne vous suit pas ? C’est qu’il est sûrement temps pour vous de l’écouter et de résoudre une équation toute simple, celle qui vous permettra de rétablir l’équilibre et d’être au top de votre forme en 2020 !

Je vous dévoile ici les clés pour retrouver un maximum de vitalité et aborder cette nouvelle année avec le plein d’énergie.

PIERRE ANGULAIRE DE NOTRE SANTÉ : L'ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

Comprendre l'équilibre acido basique

Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique ?

L’équilibre acido-basique de notre organisme est un élément fondamental pour conserver la pleine santé et un maximum d’énergie vitale. Notre mode de vie et d’alimentation tendant vers l’acidification de nos cellules et la rupture de ce précieux équilibre, nous en entendrons de plus en plus parler dans les années à venir.

Cette notion de régulation des acides et des bases n’est pas le dernier truc à la mode pour les gourous de la minceur ou les fanas de la nutrition, mais bien l’enjeu d’une bonne santé et d’une énergie de feu. Logique, car, comme je vais vous l’expliquer, l’acidification de notre corps entraîne une déminéralisation de nos tissus, une grande fatigue et des maladies aussi diverses que les caries dentaires, les rhumes et autres affections ORL chroniques, les rhumatismes, les dépressions nerveuses, l’arthrite et bien d’autres pathologies graves.

Pourquoi cet équilibre est-il si précieux ?

Tout d’abord, il est primordial que vous compreniez que chaque individu est unique et que nous n’avons pas tous les mêmes besoins de carburant ou les mêmes réactions aux apports alimentaires, au stress, au manque de sommeil, etc… Ce qui est bon pour vous ne l’est peut-être pas pour votre meilleur ami et vice versa. Prenons l’exemple des plantes : alors que vos azalées et camélias ne peuvent grandir que dans la terre de bruyère particulièrement acide, si vous plantez dans ce même sol des oliviers et des cactus, ils risquent fort de mourir prématurément. De la composition du terrain dépend la longévité et la vitalité de la plante et il en est de même pour nous. Nos liquides organiques (sang, lymphe et sérums cellulaires) sont exactement pour les humains ce que la terre est pour la plante. Et, malgré les apparences, nous sommes constitués de près de 70% de ces liquides, ils sont donc les précieux garants de notre santé.

Si l’élément liquide prédomine, c’est que nos cellules ont une place et un rôle bien déterminés et qu’elles ne peuvent se déplacer pour se nourrir ou se débarrasser des déchets. Ce sont donc nos 3 principaux liquides organiques (appelés aussi humeurs) qui remplissent leur rôle de milieu nourricier, de voie d’approvisionnement et d’évacuation des déchets.

Plus les modifications de la composition idéale de votre terrain sont importantes, plus vous vous éloignez de votre état de pleine santé et plus vous risquez d’être fatigué.e, d’avoir des dérèglements ou des maladies graves. Cette modification peut être due à des carences ou à des excès. C’est pour cela que l’on parle d’équilibre vital. Pasteur lui-même insistait sur le fait que le meilleur vaccin contre toute maladie consiste à entretenir en nous un terrain favorable, c’est-à-dire que, bien au-delà de l’hygiène et de l’alimentation, nous devons adopter un état physique, mental et social de pleine santé et rester concentrés sur nos ressources énergétiques et relationnelles.

Dans un terrain surchargé en toxines, les liquides organiques qui charrient les déchets s’épaississent et stagnent de plus en plus, l’irrigation des tissus diminue et les échanges cellulaires ralentissent. Les cellules étouffent sous les toxines et ne sont plus oxygénées correctement. Ce magma irrite, enflamme et dégrade les tissus. 400 ans av. JC, Hippocrate avait déjà tout compris en déclarant : « Certainement l’acide est-il le plus nuisible de tous les états des humeurs ».

Fast food, alimentation malsaine et acidifiante pour l'organisme

Quels sont les signes qui peuvent nous alerter ?

Face à l’acidité, le corps est obligé d’aller chercher dans ses tissus les bases minérales nécessaires à sa défense, les plus connues étant le calcium et le magnésium. À force de prélèvements répétés et extrêmement élevés de minéraux alcalins, l’organisme se déminéralise complètement, ce qui entraine une fragilisation de nos différents organes, qui ne peuvent plus travailler dans leurs conditions normales. L’enjeu est donc de détecter les signes que nous envoie notre corps et de rectifier, par des moyens simples, nos habitudes pour retrouver l’équilibre et la force vitale. Bien sûr, il ne suffit pas de repérer un signal et d’affirmer qu’il s’agit exclusivement d’acidification, car un même trouble de santé peut être induit par une carence ou tout autre chose, d’où l’intérêt de consulter un naturopathe qui saura vous guider. 

Généralement, si vous êtes en état d’acidification, vous souffrez de plusieurs des troubles suivants, simultanément ou successivement :

  • Un manque chronique d’énergie (asthénie fonctionnelle) avec une sensation constante de fatigue, une perte du tonus physique et psychique, des difficultés à récupérer après un effort, de fréquents coups de pompe, une défaillance énergétique immédiate après l’absorption d’aliments acides
  • Une grande frilosité avec une sensation de froid intérieur intense et profond
  • Une grande réceptivité aux infections, des affections ORL fréquentes (rhume, bronchite, otite, sinusite, angine, etc), une hypertrophie des amygdales et des végétations, une tendance allergique, une toux et des raclements de gorge par irritation
  • Des gencives enflammées et sensibles, une grande sensibilité des dents au chaud, à l’acide et au froid, un déchaussement des dents, des caries et un effritement des dents, des aphtes, des fissures aux coins des lèvres, des irritations amygdaliennes et pharyngées conduisant à des infections récidivantes
  • Une perte de cheveux et une chevelure terne, des ongles dédoublés, avec des stries et des tâches blanches
  • Une peau sèche et une sueur acide, une apparition prématurée de rides et ridules, l’épiderme rouge et irrité dans les zones à forte sudation et autour des ouvertures des émonctoires, un urticaire, une mycose, un eczéma ou des démangeaisons fréquentes, des brûlures rectales ou urinaires
  • Des crampes ou des spasmes musculaires avec une tendance au lumbago ou au torticolis
  • Une atteinte des articulations et du squelette, avec une tendance aux fractures et une lenteur de la consolidation osseuse, de l’ostéoporose, de l’arthrose, des rhumatismes, des blocages vertébraux, une sciatique, une hernie discale, une hyperlaxité ou une inflammation ligamentaire, des douleurs articulaires migrantes, de l’arthrite
  • Une hypotension avec une mauvaise circulation sanguine, une tendance à l’anémie et aux hémorragies, des engelures
  • Un épuisement et une hypofonction des glandes endocrines (sauf la thyroïde qui a plutôt tendance à s’emballer)
  • Une extrême sensibilité nerveuse, une grande nervosité, une hyperémotivité et une irritabilité aux bruits aigus, une réduction de la résistance au stress, une perte de l’entrain et de la joie de vivre, une forme de tristesse et des idées noires, une tendance dépressive, une sensibilité accrue à la douleur, une névralgie tenace, des migraines, des problèmes récurrents d’insomnie
  • Une augmentation du poids et de la masse corporelle, surtout localisée au niveau du ventre (syndrome métabolique)
  • Une forte acidité stomacale, des renvois acides, des spasmes et des douleurs à l’estomac, un ulcère, une prédisposition aux inflammations des intestins, des débâcles intestinales avec brûlures acides

*Cette liste n’est pas exhaustive

QUE MODIFIER DANS NOTRE QUOTIDIEN POUR ÊTRE PLUS EN FORME ?

Différents facteurs contribuent à abaisser notre niveau d’énergie, jusqu’à nous rendre malade si l’on n’agit pas suffisamment tôt. L’avantage est qu’en les connaissant, il est possible de changer quelques habitudes et de retrouver un maximum de vitalité. Ces facteurs d’acidification sont :

  • la suralimentation en acides, cause principale car lorsqu’un aliment est composé de davantage d’acides que de bases, il a naturellement un effet acidifiant
  • les carences en vitamines et en oligo-éléments
  • la sous-oxygénation
  • le surmenage physique
  • le stress et le manque de sommeil
  • le tabac
  • la faiblesse des glandes digestives
  • l’élimination insuffisante par les émonctoires, en particulier les reins et la peau

Pour faire simple, pour être davantage en forme, faisons le marché et mettons-nous aux fourneaux plus souvent en variant les menus et en consommant un maximum de légumes et de fruits, bougeons en mettant notre corps en mouvement dès que l’occasion se présente, apprenons à gérer notre stress et arrêtons de fumer si tel est le cas (le début d’année étant souvent l’occasion de prendre de bonnes résolutions, je vous y aiderai très prochainement avec un article dédié à l’arrêt du tabac).

1. De l'art de ne pas confondre aliments acides et aliments acidifiants

Cela aurait été trop simple que je vous donne maintenant une liste des aliments à éviter ! Le plus important est que vous compreniez comment votre propre corps fonctionne, combien vos pensées influent sur votre santé et votre forme, afin d’améliorer ensuite vos habitudes de vie sur le long terme.

Comme je vous le disais, vous êtes UNIQUE ! Incontestablement, ce qui est néfaste pour vous ne l’est pas forcément autant pour Gérard Depardieu, Barack Obama ou mamie Suzette. De plus, il y a quand même moyen de moyenner avec l’acidité… enfin, au moins un peu car cela dépend de votre état actuel, donc de l’intensité avec laquelle vous vous êtes malmené.e pendant toutes ces années durant lesquelles votre corps et votre santé n’étaient pas votre priorité !

Je vous l’ai dit plus haut, si un aliment est composé de davantage de bases que d’acides, il aura alors un effet alcalinisant pour votre corps. Mais en fait, ce n’est pas si simple, parce que la capacité à oxyder des acides faibles n’est pas égale pour tout le monde.

Les acides forts, tels que ceux trouvés dans la viande et les oeufs, ont des liaisons moléculaires fortes que l’organisme (même celui de notre solide Gégé) aura peine à modifier. Ils seront, après beaucoup d’efforts, éliminés par les reins et la peau, dilués dans l’urine et la sueur.

Les acides faibles, présents par exemple dans les fruits et les yaourts, sont des assemblages moléculaires à liaisons faibles et sont eux, éliminés principalement sous forme d’acide carbonique par les poumons. Il ne reste alors plus à la disposition du corps que la partie basique de l’acide faible, sous forme d’acide lactique, citrique et pyruvique. Certaines personnes auront une grande facilité à oxyder puis à éliminer ces acides faibles, d’autres non. Nous ne sommes pas tous égaux face à la nourriture, nous avons un terrain unique. C’est pour cela que je vous conseille, avant de vous gorger de fruits et de yoghourts, de vous poser les bonnes questions sur votre état général car, en croyant vous alcaliniser, vous risquez de vous déminéraliser complètement ! Pourtant, à première vue, ces aliments sont bien à placer dans la liste des aliments alcalinisants.

Afin de ne pas vous tromper, vous pouvez faire plusieurs groupes et classer les aliments comme suit :

  • les aliments acidifiants, nocifs pour tous s’ils sont ingérés en excès, car ils contiennent plus d’acides que de bases (le sucre raffiné, la viande, la charcuterie, le fromage, les fritures, les sodas, l’alcool et, dans une certaine mesure, certaines céréales et légumineuses, les noix et noisettes, etc)
  • les aliments alcalinisants pour tous, grâce à leur richesse en bases minérales et à l’absence d’acides faibles (les légumes verts et colorés, les pommes de terre, les châtaignes, etc)
  • les aliments acides, riches en acides faibles mais potentiellement alcalinisants en fonction de qui les consomme (tels que le citron et les fruits en général, le vinaigre, les tomates, le miel, les yaourts, etc)

Et, pour être plus précise, je classerais certaines denrées dans la catégorie des «aliments de dégénérescence» que, personnellement, je ne consomme jamais (sauf très exceptionnellement par politesse lorsque je suis invitée) : le sucre blanc, le pain blanc, la farine blanche et toutes les céréales raffinées, les huiles raffinées, les graisses surchauffées, les boissons industrielles sucrées (sodas), les sirops chimiques, les alcools forts, le café, le thé noir (pas le thé vert qui est acidifiant certes mais aussi un excellent anti-oxydant), le chocolat au lait, les pâtisseries industrielles, les fastfoods, les grillades de viande cramée, le lait UHT, les fromages à base de lait de vache (que vous pouvez switcher par des fromages de brebis et de chèvre, qui semblent mieux tolérés par certains tubes digestifs).

Légumes et aliments sains pour la santé
Agrumes alcalinisants pour le corps et bénéfiques à la santé
Fruits rouges sains pour le corps et alcalinisants pour l'organisme

2. Les carences en micro-nutriments

Si vous avez eu le courage de me lire jusqu’ici, vous commencez à réaliser que l’acidification de l’organisme est multifactorielle. Comme je vous l’ai dit plus haut, les carences en vitamines et en minéraux, appelés micro-nutriments,  jouent un rôle important dans l’acidification du corps. En effet, pour métaboliser certains acides, l’organisme se sert de vitamines et de minéraux comme activateurs d’enzymes, afin de transformer les acides. Si l’on souffre de carences, notre corps ne pourra pas se débarrasser des acides et l’équilibre acido-basique sera menacé.

En Occident, malgré la suralimentation générale, les carences restent très fréquentes car les vitamines et les oligo-éléments sont soustraits de l’aliment au cours des procédés de raffinage ou détruits pour améliorer la conservation ou la présentation. C’est pour cela que je vous conseille d’acheter et de consommer un maximum de produits non raffinés, non transformés, à des producteurs qui aiment leur travail et chouchoutent leurs produits, au plus proche de chez vous pour éviter la dégradation de ces micro-nutriments fragiles et précieux pour notre vitalité.

Légumes et fruits riches en fibres et nutriments

On ne peut connaitre la valeur d'un aliment avant de savoir dans quel tube digestif il entre.
P. MARCHESSEAU

3. La sous-oxygénation

Certaines personnes ont un volume thoracique réduit, d’autres non; ainsi, la quantité d’oxygène disponible est-elle très variable en fonction de la sédentarité ou de l’activité physique et de la capacité pulmonaire de chacun. De plus, l’oxygène nécessaire aux transformations biochimiques des aliments doit être disponible dans les profondeurs des tissus, au niveau de la cellule, et pas seulement au niveau des poumons. Le chemin à parcourir par l’oxygène pour arriver au coeur de la cellule peut être encombré par des toxines, suivant l’état du terrain, les tissus organiques pouvant être comparés à des zones marécageuses mal irriguées dans lesquels les liquides, qui font office de transporteur, circulent mal, stagnent et empêchent l’arrivée jusqu’aux cellules. La sous-oxygénation diminue la combustion des acides et le PH chute alors, vous amenant à un état d’acidification élevée. Bonne nouvelle, une simple promenade au grand air suffit à oxyder de nombreux acides faibles en circulation et à rétablir l’équilibre. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire !

4. Le surmenage physique

L’activité physique est l’une des caractéristiques de la vie et, chez une personne qui a une bonne hygiène de vie, le gaz carbonique est librement éliminé par les voies respiratoires et les acides (lactique, pyruvique, etc) sont facilement oxydés et convertis en énergie. Toutefois, chez les êtres en moins bonne forme physique, une sous-oxygénation des tissus entraîne une moins bonne transformation des acides et des courbatures apparaissent. Une accumulation de ces acides dans les muscles provoque la fatigue, c’est pour cela que certains ont du mal à récupérer et sont quotidiennement fatigués, même sans effort physique, parce que la présence d’acides dans leurs tissus les épuise. Si vous allez encore au-delà de vos limites, que vous faites du sport en état d’acidification élevée ou simplement que vous ne vous reposez pas lorsque vous êtes épuisé.e, vous risquez alors de provoquer une fièvre, car votre corps va se mettre en mode sécurité pour brûler tous ces acides. Afin de prévenir cette situation extrême, il est important d’écouter votre corps et de vous ménager des temps de repos et de relaxation.

Importance de l'étirement après sa séance de sport

5. Le stress et le manque de sommeil

S’il est vrai que l’apport alimentaire représente un facteur important d’acidification, il n’en demeure pas moins que le manque de sommeil et le stress sont très délétères à notre santé. A un point tel que le stress serait à lui seul 300 fois plus nocif qu’un aliment hyper acidifiant. Dès qu’un stress survient, notre estomac diminue sa production d’enzymes digestives, notre péristaltisme intestinal ralentit, nos reins diminuent leur production d’urine, nos glandes surrénales produisent de l’adrénaline, notre rythme cardiaque s’accélère, nos vaisseaux sanguins et nos bronches se dilatent, notre foie produit du glucose, etc… Bref, nos fonctions digestives et éliminatrices sont freinées et notre terrain devient plus acide.

C’est la raison pour laquelle les populations asiatiques en général, et celle d’Okinawa en particulier, où l’on compte le plus de personnes âgées en excellente santé, s’intéressent au moins autant à la gestion de leur stress qu’à ce qu’elles mettent dans leurs assiettes. 

Travailler sur son stress, c’est aussi agir sur la qualité de son sommeil, afin de s’endormir plus facilement et d’avoir un sommeil réparateur. En effet, le travail d’élimination des acides se fait essentiellement la nuit, durant le sommeil, il est ainsi primordial de dormir paisiblement et longuement. Vous avez d’ailleurs sûrement constaté que la qualité et la quantité de votre sommeil avaient un impact fort sur votre poids. Lorsque votre organisme ne peut jouer son rôle d’éboueur durant la nuit, il stocke les déchets qui n’arrivent plus à circuler et forment une sorte de magma, vous rendant plus bouffi.e (et gorgée de cellulite pour nous, les femmes), avec une peau plus enflammée. Un seul remède pour remédier à cela, se fixer des objectifs réalistes pour sa journée, ne pas procrastiner, rester organisé.e, se ménager quelques pauses revigorantes et dormir suffisamment.

S'aérer pour mieux gérer son stress et éliminer ses toxines
Conseils pour mieux gérer son stress et apaiser son mental

6. Le tabac

La nicotine est une drogue qui agit sur tout votre système végétatif, celui-là même qui régule le fonctionnement de vos organes. Au départ, elle a une action calmante en agissant sur la branche parasympathique qui calme, ralentit et détend les organes. Mais cette phase est de très courte durée et, rapidement, le corps est mis en état de sympathicotonie, c’est-à-dire que le métabolisme s’accélère, s’intensifie pour un long temps et que le corps est soumis à l’équivalent d’un gros stress. Or, le stress est hautement acidifiant.

De manière paradoxale, alors que le fumeur cherche à se calmer en grillant une nouvelle cigarette, il met son organisme dans un état de stress, qui produit encore plus d’acides qui l’agressent. Le corps n’a alors pas d’autre choix que de se mettre en état de sympathicotonie et c’est ainsi que le cercle vicieux s’enclenche et que le fumeur s’acidifie de plus en plus. Et plus il s’acidifie, plus il s’excite et plus il a besoin de sa clope pour se calmer.

En naturopathie, l’un des moyens les plus efficaces d’arrêter de fumer (additionné à d’autres techniques que je vous dévoilerai bientôt), est de désacidifier son corps. Non seulement le besoin de fumer diminue, mais les symptômes de manque sont très supportables et, en situation de stress, l’envie de fumer se fait moins sentir.

7. Le manque d'élimination par les reins et la peau

Les acides exogènes (apportés par l’alimentation) et les acides endogènes (produits par le fonctionnement du corps lui-même) quittent l’organisme grâce au travail de filtration et d’élimination des reins et de la peau. Si ces 2 émonctoires fonctionnent mal, les déchets stagnent et s’accumulent dans le corps, créant de la fatigue ou des maladies. Chaque nouveau déchet repoussant en profondeur le précédent, il faut alors des mois pour pouvoir éliminer toutes ces toxines et les rejeter vers l’extérieur.

Pour savoir si vos reins filtrent et éliminent suffisamment les déchets engendrés par les acides, il est possible de réaliser des tests, mais vous pouvez déjà vous fier à la couleur et à l’odeur de votre urine. Si celle-ci semble chargée et de couleur jaune citron, c’est qu’elle rejette beaucoup d’acides. Si elle est incolore et inodore, cela révèle, sauf si vous buvez plus de 3l d’eau par jour, une grande pauvreté d’élimination.

Au niveau de la peau, ce sont environ 800g de liquide qui sont rejetés quotidiennement, sous forme de sueur. Evidemment, avec l’évaporation, on ne s’en rend pas compte, sauf lorsqu’on s’active et que la quantité de liquide produite par les glandes sudoripares devient plus forte. Vous avez peut-être remarqué que lors de gros excès alimentaires, vous étiez vite en sueur ? C’est tout simplement votre peau qui vous sauve de l’intoxication en éliminant les acides!

 

Processus de digestion pour avoir un ventre plat

8. La faiblesse des glandes digestives

Les enzymes sécrétées par les glandes digestives ont chacune besoin d’un pH bien défini pour être efficaces. Par exemple, au niveau de l’estomac, le milieu doit être très acide pour que la digestion soit optimale, alors qu’aux niveaux de la bouche et de l’intestin, il faut un milieu plutôt alcalin. Le passage du bol alimentaire du milieu ultra-acide de l’estomac au milieu alcalin de l’intestin se fait grâce aux sécrétions de la bile et du pancréas. Si vous souffrez d’une faiblesse hépatique et/ou pancréatique, votre bol alimentaire plein d’acides ne sera pas neutralisé. De plus, les substances alimentaires mal transformées lors des processus digestifs vont fermenter et entrainer une putréfaction néfaste à votre organisme. Toute cette masse d’acides sera d’autant plus facilement absorbée qu’il y a de grandes chances que votre paroi intestinale soit devenue poreuse, à force de rencontrer ces phénomènes d’acidification. Les substances nutritives, elles, n’auront pu être utilisées efficacement par le corps, d’où la grande fatigue que vous ressentez car vous manquez de micro-nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments).

COMMENT MESURER L'ACIDITÉ DE NOTRE CORPS ?

Vous pouvez augmenter momentanément la consommation d’acides faibles pour observer si vos troubles empirent. Avec l’apport plus important d’acides, en général la fatigue et la nervosité s’accentuent, les douleurs articulaires augmentent, les rougeurs cutanées et les démangeaisons s’étendent, les brûlures urinaires arrivent, etc… Par conséquent, le test consiste à consommer en quantités généreuses des fruits frais, des jus de fruits, des yaourts (pour ceux qui tolèrent le lactose) pendant 1 à 2 jours, cette durée étant généralement suffisante pour constater l’aggravation des symptômes. Chez les personnes très sensibles, les effets négatifs des acides se manifestent parfois même déjà dans la demi-heure ou l’heure qui suit leur consommation et une brusque fatigue se manifeste (gros coup de pompe).

Heureusement, le plus souvent, il n’est même pas nécessaire que vous fassiez ce test car il vous suffit de chercher dans vos souvenirs ce qui s’est passé dans des situations similaires. Avez-vous ressenti des effets négatifs après une forte consommation de fruits, à la saison des abricots par exemple, ou après l’emploi d’une quantité importante de vinaigre ? Si vous avez déjà fait des cures de jus de citron dans le passé, ont-elles été bénéfiques sur votre état général, vous redonnant des forces et faisant disparaître certains maux ou, au contraire, les symptômes se sont-ils accentués et votre vitalité s’est-elle atténuée?

Si vous n’avez pas ressenti d’incapacité métabolique face aux acides, et que l’acidification est avant tout due aux aliments acidifiants et à votre mode de vie, vous pouvez aisément consommer des aliments acides car ils ont un effet alcalinisant.

En revanche, si vous avez éprouvé une grande fatigue, des maux de ventre en ingurgitant ces aliments riches en acides faibles, la faiblesse métabolique est bien présente. Vous pouvez quantifier son intensité facilement, selon que l’aggravation des symptômes était forte ou non. Dans ce cas, il va falloir que vous preniez garde à la fois aux quantités d’aliments acidifiants que vous mangez et à celles des aliments acides.

Dernier point, si vos parents souffrent de maladies par acidification, vous êtes prédisposé.e à avoir les mêmes troubles (ce qui ne signifie pas que ce soit héréditaire pour autant).

CORRIGER NOTRE TERRAIN ACIDE POUR GAGNER EN ÉNERGIE

Une fois que l’on a établi la liste des aliments alcalins à consommer et des aliments acidifiants à éviter, il est important de prendre en compte que l’effet acidifiant des aliments acides augmente ou diminue en fonction de 4 critères :

  • les quantités consommées, car consommé en petite quantité, un aliment est plus facilement métabolisé et aura un effet moins acidifiant,
  • la fréquence de leur consommation, car consommé de manière occasionnelle, notre corps oxydera plus facilement ses acides faibles, sans trop se déminéraliser,
  • l’heure de la consommation, car notre métabolisme n’est pas capable de faire face de la même manière aux agressions le matin tôt ou en plein hiver et de métaboliser les acides aussi facilement,
  • l’équilibre entre aliments acides et alcalins car nous pouvons, en consommant de grandes quantités d’aliments basiques (légumes verts par exemple), compenser et neutraliser les acides sans puiser dans nos réserves de micro-nutriments.

Phase 1 : j'élimine mes acides

En naturopathie, pour guérir ou entretenir sa santé, on n’agit pas organe par organe pour éliminer chaque trouble séparément, mais on s’attache à améliorer le terrain en procédant à sa désacidification générale. Un fois que l’on a réglé son régime alimentaire en mode alcalin, il faut évacuer et drainer tous les acides englués dans le corps.

Il est important de favoriser les échanges en augmentant l’oxygénation des cellules, donc en faisant du sport, de manière régulière et pendant une durée minimale, afin de faire circuler le sang et la lymphe. Si l’exercice physique n’a pas d’incidence sur l’élimination des acides forts, il en a énormément sur les acides faibles.

La prise de mélanges de minéraux basiques est conseillée, durant un temps variable selon votre niveau d’acidité. Il existe de nombreuses préparations sur le marché, n’hésitez pas à demander conseil en boutique bio. Progressivement, vos reins ayant évacué les toxines de manière accrue, vos symptômes liés à l’acidification s’atténueront, votre terrain deviendra alcalin et vous retrouverez votre vitalité. Il faudra bien entendu conserver vos bonnes habitudes alimentaires afin de maintenir votre terrain en état d’équilibre et laisser à votre organisme la possibilité de se reminéraliser au fil des semaines.

Le drainage des acides se fera encore plus facilement si vous soutenez vos reins avec des mélanges de plantes médicinales diurétiques, telles que le pissenlit, l’artichaut, l’ortie, la piloselle, l’aubier de tilleul, le frêne, les queues de cerise, etc. Ces plantes seront bénéfiques si vous les prenez sur un temps long, probablement plusieurs mois, car n’espérez pas vous débarrasser de tous vos déchets, accumulés pendant des années, avec une simple cure de 15 jours, comme le prétendent certains slogans vendeurs mais irréalistes.

Phase 2 : je reminéralise mon organisme

En premier lieu, l’important est d’arrêter de piocher dans vos réserves minérales à chaque repas pour neutraliser les acides. Il vous faut donc impérativement commencer par adopter un régime alcalin, riche en légumes verts, mais sans rogner sur les protéines pour autant.

La déminéralisation étant parfois trop profonde pour que l’apport alimentaire suffise à vous requinquer, il est encore une fois conseillé de prendre un mélange de minéraux basiques. Pour que votre corps affaibli puisse se reconstruire facilement, il lui faut des minéraux basiques simples à assimiler (de type Erbasit, Alcabase, etc) plutôt que de la silice.

Vous devrez aussi veiller à avoir un apport suffisant en vitamine D, car elle est bénéfique pour fixer le calcium sur vos os. C’est l’un des seuls minéraux que notre corps peut synthétiser lui-même, grâce à 20mn de soleil par jour sur la peau. Mon conseil est donc de vous aérer et de profiter des rayons du soleil au maximum toute l’année (Attention, je n’ai pas dit d’aller faire la dorade à la plage pendant 5h en plein soleil pour se reminéraliser !)

EN RÉSUMÉ

Je choisis un maximum d’aliments alcalinisants pour compenser mon alimentation moderne beaucoup trop acide.

Je détecte la nourriture acidifiante qui me donne mal au ventre et me rend asthénique, et je l’évite, au profit d’une alimentation saine.

J’achète des produits de saison, mûrs et je bannis toutes les préparations industrielles qui n’apportent aucun nutriment à mon corps.

Je me repose plus souvent et j’apprends à gérer mon stress.

Je pratique une activité physique régulière et, si je déteste le sport, je marche chaque jour et je prends les escaliers le plus souvent possible.

Je soutiens mes émonctoires grâce à des plantes adaptées et, si je ne me sens pas capable de les choisir seul.e, je consulte un naturopathe.

Voilà, j’espère vous avoir donné toutes les clés pour avoir un maximum d’énergie et  JE VOUS  SOUHAITE UNE EXCELLENTE ANNÉE 2020 ! N’hésitez pas à me poser vos questions ou à déposer un commentaire ci-dessous, je serai ravie d’échanger avec vous !

*Cet article reprend les travaux de Christopher Vasey, naturopathe reconnu, condensés dans son livre « L’équilibre acido-basique – Source de bien-être et de vitalité » (nouvelle édition)

Laisser un commentaire

Fermer le menu