L'ORIGINE INSOUPÇONNÉE DE LA DÉPRESSION

Alors que les troubles dépressifs majeurs touchent environ 3 millions de français et que Santé Publique France estime à près de 9 millions les personnes qui vivront une dépression au cours de leur vie dans notre pays, les processus inflammatoires périphériques, c’est-à-dire dans tout le corps hors système nerveux central, sont de plus en plus souvent mis en cause dans les dépressions résistantes.

Pendant des décennies, les deux systèmes les plus compliqués de notre organisme, le cerveau et le système immunitaire, ont été présentés isolément l’un de l’autre, le premier gérant le fonctionnement de notre corps et le second sa défense. Toutefois, une série de découvertes scientifiques récentes a révolutionné la compréhension des mécanismes qui conduisent à une majorité des épisodes dépressifs, la piste inflammatoire étant largement privilégiée.

depression-anxiete

1. QU'EST-CE QU'UNE DÉPRESSION ?

Cette maladie se caractérise par un ensemble de symptômes persistants durant plusieurs semaines, tels que la tristesse, la rumination, la perte de plaisir et d’intérêt pour des choses habituellement agréables, un sentiment de culpabilité et/ou de dévalorisation de soi, des problèmes de concentration et de mémoire. Ces symptômes sont associés à d’autres du système neurovégétatif, comme des troubles du sommeil, une modification de l’appétit, une forte asthénie (fatigue constante) et un retentissement profond sur le quotidien et le bien-être des personnes concernées.

Au moins 1/3 des personnes déprimées ne répondent pas aux traitements médicamenteux standards. Il est donc crucial d’envisager une prise en charge dans laquelle un patient souffrant de troubles dépressifs redevienne pleinement acteur de sa guérison, en comprenant les phénomènes qui l’ont amené à cette maladie, puis en faisant appel à des méthodes holistiques de type rééquilibrage alimentaire, micronutrition, psychothérapie, sophrologie, etc…

2. LA CONNEXION CERVEAU - IMMUNITÉ

Lors d’une inflammation, notre cerveau et notre système immunitaire communiquent, ce dernier produisant des cytokines, qui gagnent le cerveau par la voie sanguine et perturbent la libération des neurotransmetteurs, notamment la sérotonine, garante de notre bonne humeur.

Les cytokines sont des protéines hautement inflammatoires qui stimulent également le nerf vague, entraînant des symptômes non spécifiques tels qu’une grande sensation de fatigue, une perturbation du sommeil et de l’appétit, une perte d’intérêt pour les contacts sociaux, un manque de concentration et de mémorisation, des douleurs diffuses, de la fièvre, un ralentissement de l’activité motrice, une altération des fonctions cognitives et de la communication.

Dans le cerveau, les cytokines attirent des monocytes circulants, une sorte de globules blancs qui entretiennent l’inflammation de manière chronique, avec en retour un stress induit par cet emballement du système immunitaire, générant un cercle vicieux qui plonge le patient dans la dépression et la dépréciation de lui-même. Ce qui est encore trop fréquemment diagnostiqué comme une maladie mentale est en réalité souvent engendré par des troubles organiques multiples.

PNL et psychologie positive

La bonne nouvelle, c’est que les travaux scientifiques montrent que les symptômes reculent dès que l’immunité s’améliore. Certaines formes de dépression étroitement liées à des maladies chroniques comme les maladies métaboliques, auto-immunes ou cardiovasculaires, l’obésité, l’hypothyroïdie ou le diabète de type II par exemple sont donc susceptibles d’être grandement améliorées ou guéries par une révision du mode de vie. Le stress psychosocial, la suralimentation moderne et le manque d’activité physique étant vecteurs d’inflammation, en partie par la libération excessive du cortisol qu’ils enclenchent, l’approche préventive pour améliorer ses habitudes de vie reste là encore la meilleure solution pour limiter ce fléau qu’est la dépression.

De plus, la consommation de certains nutriments essentiels aux propriétés immuno et neuromodulatrices comme les oméga-3, certains acides aminés, plusieurs vitamines et des plantes ciblées ont par exemple un effet bénéfique reconnu sur l’humeur. 

Au fil des ans, médecins et naturopathes travaillent en synergie pour qu’après le diagnostic d’une dépression avec des symptômes aux causes organiques par les premiers, comme une carence en vitamines, une inflammation, une maladie métabolique ou hormonale, le patient puisse bénéficier par le second de conseils naturopathiques sur l’alimentation hypotoxique anti-inflammatoire, la gestion de son stress, la remise en mouvement de son corps et d’autres techniques individualisées à notre disposition.

3. POURQUOI L'ALIMENTATION HYPOTOXIQUE EST BÉNÉFIQUE

L’alimentation saine dite hypotoxique (car riche en nutriments et pauvre en toxines et toxiques) permet d’apporter des acides aminés, des vitamines, des minéraux et des acides gras qui enclenchent la libération des neuromédiateurs et la production d’hormones. Par exemple, les cytokines inflammatoires dégradent un acide aminé essentiel, le tryptophane, qui permet à nos cellules de fabriquer l’hormone de la bonne humeur, la sérotonine. Sans une quantité suffisante de ce neurotransmetteur, le fonctionnement de notre cerveau est altéré, ainsi que notre santé mentale. Pire, ce phénomène inflammatoire entraîne la production de différents dérivés toxiques qui conduisent à la destruction de nos neurones. L’alimentation hypotoxique va donc permettre de jouer sur deux tableaux, enrayer l’inflammation chronique et apporter des doses de tryptophane et autres substances suffisantes pour élever le taux plasmatique de sérotonine.

Autre exemple de la résultante d’un dysfonctionnement hépatique et d’un intestin enflammé, certains syndromes neuropsychiatriques se manifestent par de l’anxiété et des troubles de l’humeur en étant toutefois initialement créés par un déséquilibre du microbiote intestinal, où loge 80% de notre système immunitaire. Si vous donnez à votre intestin des produits industriels, ultra-transformés, des pains et farines blanches riches en gluten, des boissons et gâteaux riches en sucres raffinés, il va produire des substances toxiques comme l’ammoniaque. À force, votre foie (qui purifie 2400 litres de sang par jour) n’arrivera plus à détoxifier votre circulation sanguine qui conduira directement ces toxines nocives jusqu’à votre cerveau.

La solution ? Rééquilibrer votre assiette en apportant suffisamment de nutriments à votre organisme, en choisissant des produits bruts c’est-à-dire non transformés, des fruits et légumes de saison, des céréales complètes, des protéines végétales et animales de qualité, des acides gras essentiels. Pour limiter l’inflammation chronique, de nombreux produits non physiologiques sont à bannir de vos placards comme ceux où sont présents le gluten, le sucre raffiné, les graisses de basse qualité et le lactose. La manière de cuisiner tient également une place importante puisqu’on sait que la cuisson à haute température et la stérilisation des aliments induit le développement de dérivés toxiques, les glycotoxines par exemple, impliquées dans les cancers et les maladies inflammatoires chroniques.

Programme Optimmuno sur l'alimentation saine et les apports nutritifs

4. QUELLES BONNES HABITUDES ADOPTER ?

Celles qui vous permettront de limiter l’ingestion de nouveaux toxiques par le tube digestif, la peau ou les poumons et celles qui accélèreront le processus de désencrassage de tout ce que votre organisme n’a pu éliminer et qui stagne entre vos cellules. Les 4 causes majeures de l’inflammation chronique étant le stress, l’obésité, la sédentarité et une alimentation déséquilibrée riche en graisses saturées et en sucres simples, je vous propose de revoir votre hygiène de vie en veillant aux points suivants :

  • Une alimentation saine composée de produits naturels bruts, tels que les végétaux, les céréales complètes, les viandes et poissons en quantité raisonnable et de qualité supérieure, les huiles vierges de première pression à froid, à adapter selon votre terrain,
  • Une hydratation suffisante avec de l’eau plate peu minéralisée et l’éviction des sodas, boissons sucrées, café, etc au quotidien,
  • Une oxygénation régulière de vos cellules avec un exercice physique adapté à votre niveau et une respiration profonde pour permettre à vos poumons d’éliminer certains acides de votre organisme,
  • Une routine pour prendre soin de vous et de votre environnement avec des produits simples et sans additifs chimiques,
  • Une gestion de votre stress avec des techniques personnalisées telles que la sophrologie, l’EFT, les massages, la cohérence cardiaque, la réflexologie, l’hypnose, la méditation, l’hydrothérapie, etc.

L’aromathérapie, la phytothérapie et la nutrithérapie (par compléments alimentaires) peuvent également vous aider en cas de dépression, seules ou en sus de votre traitement médicamenteux, alors ne subissez pas une trop forte baisse de moral sans réagir mais prenez rendez-vous avec votre naturopathe car des solutions existent !

Je vous souhaite beaucoup de joie et de sérénité, n’hésitez pas à interagir ci-dessous en apportant votre témoignage ou en me posant vos questions, je serai ravie d’échanger avec vous.

Bonne reprise si vos vacances estivales sont terminées et à très bientôt pour de nouveaux sujets qui, je l’espère, vous intéresseront tout autant,

Cet article a 2 commentaires

  1. J’ai adoré cet article ❣️

Laisser un commentaire

Fermer le menu